Faut-il attendre la prochaine crise pour investir en bourse ?7 min de lecture

Tous les indicateurs le montrent, la prochaine crise financière arrive. Comment s'y préparer ?
26 septembre 2019

Les marchés actions sont à des niveaux très élevés depuis déjà pas mal de temps. Dans un tel contexte, on voit de plus en plus d’experts dans les médias pour nous expliquer que la prochaine crise est imminente. Ils nous recommandent en général de garder nos économies sous nos matelas en attendant que la prochaine crise ait lieu.

Une fois l’orage passé, nous pourrions ainsi tranquillement réinvestir en bourse sur des niveaux de marchés beaucoup plus bas. Ce raisonnement paraît tout à fait logique et rationnel pour un investisseur prudent ; mais nous allons voir dans cet article que ce n’est pas forcément la meilleure approche pour les investisseurs de long terme voulant se constituer un patrimoine.

Une crise financière, oui mais quand ?

En tant qu’investisseurs, nous sommes sûrs d’une chose : une crise financière va se produire. Telle est la nature des marchés financiers. En revanche, il nous est impossible de savoir quand celle-ci se produira. Si on regarde l’actualité financière depuis quelques années, on nous annonce une crise imminente mais cela ne s’est toujours pas produit.

Pour reprendre la citation de Warren Buffet : « Les prévisions des experts vous en disent beaucoup sur la personne qui fait la prévision, mais ne vous apprennent rien du futur ».

La période de hausse sur les marchés pourrait d’ailleurs se prolonger pendant des années. En effet, les banques centrales maintiennent les marchés financiers sous perfusion de liquidités depuis déjà plusieurs années (le premier Quantitative Easing de la FED a été lancé en novembre 2008). Cette politique monétaire tend à rallonger la durée des cycles économiques.

Nous ne faisons jamais de pronostics sur le timing des crises ni sur les prévisions macro-économiques car cela n’a pas d’importance pour l’investisseur de long terme que nous sommes. 

Vouloir éviter la crise à tout prix, une erreur sur le long terme

Si vous êtes restés à l’écart des marchés actions ne serait-ce que pendant les trois dernières années, le manque à gagner est conséquent. Prenons par exemple l’indice S&P 500, considéré comme la référence pour les marchés actions. La performance du S&P 500 depuis septembre 2016 a été de 40%. Si l’on ajoute à cela les dividendes versés par les actions sur la période et réinvestis dans l’indice, vous auriez dégagé une performance de 46%.

Autrement dit, si vous aviez investi en actions sur cette période pendant laquelle on nous annonce que la crise va arriver, vous pourriez aujourd’hui absorber une chute de 32% sur votre portefeuille d’actions. Au final, les trois dernières années de hausses vous permettent de compenser un choc important sur les marchés. Heureusement pour nous, les baisses de plus de 30% sur les marchés actions ne se produisent que peu souvent.

L’investisseur qui reste investi sans se soucier des crises financières, qui de toutes les façons sont inévitables, à plus de chances de voir son patrimoine croître sur le long terme.

Évidemment, être investi en permanence ne signifie pas acheter n’importe quelle action à n’importe quel prix. L’univers d’investissement pour un particulier étant suffisamment large, il y a toujours des bonnes opportunités pour investir. Il y en a simplement un peu moins lorsque le marché est au plus haut, et beaucoup plus après les fortes corrections.

Attendre le bon timing pour investir peut vous coûter cher

Essayer de trouver le bon timing et de détecter les tendances du marché peut également vous coûter cher en performance. Une étude récente de J.P. Morgan a mesuré l’impact de ne pas être investi sur les marchés actions pendant les meilleures journées de hausse des dix dernières années. Si vous aviez investi $10,000 sur le S&P 500 en 1999 sans y toucher jusqu’en 2019, vous auriez $29,845 en 2019, soit une performance de 5.62% annualisée. En revanche, si vous aviez manqué les dix plus importantes journées de hausses du marché de la période, vous n’auriez que $14,895 en 2019, soit une performance de 2.01% annualisée. C’est donc une belle perte de rendement que de manquer les dix journées de hausse les plus fortes. D’ailleurs, en manquant seulement les vingt plus importantes journées de hausse, votre performance aurait été négative sur la période.

Une autre étude de la société de recherche en investissement Dalbar a également mis en évidence que manquer quelques jours de forte hausse du marché entraîne des performances médiocres au fil du temps.

Bien entendu, l’inverse est également vrai. Si vous n’avez pas investi, vous manquez également les pires journées. Mais si vous restez investi sur le long terme, vous devriez réaliser une performance honorable. Vous devez donc traverser des mauvais jours pour en profiter plus tard.

D’ailleurs la plupart des meilleures journées boursières surviennent peu de temps après les pires journées. Selon l’étude de J.P. Morgan, six des dix meilleures journées boursières se sont produites dans les deux semaines qui suivirent les dix pires journées. Par exemple en 2015 : le meilleur jour était le 26 août, deux jours seulement après la pire journée de l’année. 

La leçon à tirer est que les investisseurs sont récompensés pour investir sur de longues périodes et non pour spéculer à court terme sur les retournements de tendance du marché. Les investisseurs surmontent ainsi les mauvais jours au fil du temps. Attendre la prochaine crise pour investir peut sembler la solution la plus prudente, mais cela signifie également que vous manqueriez les meilleures journées qui vous auraient permis de vous constituer un patrimoine.

Utiliser son temps pour une activité plus utile que les prévisions

Lorsque vous réaliserez qu’il est impossible de prévoir les crises financières, vous pourrez passer du temps à une activité plus lucrative : chercher des bonnes opportunités.  Et vous verrez, les bonnes opportunités ne se présentent pas tous les jours.

Pour les investisseurs dans la valeur, le timing est celui des opportunités qui se présentent. C’est une toute autre façon de voir le problème qui va vous faciliter la vie. Prenons un exemple : les marchés actions aux US sont à leurs plus hauts historiques donc il risque de n’y avoir que très peu d’opportunités d’investissement en ce moment. En revanche, le ralentissement de la croissance en Chine, les protestations à Hong Kong et la guerre commerciale US-Chine ont récemment fait chuter la bourse de Hong Kong. On peut sûrement y trouver des d’opportunités intéressantes.

Votre portefeuille se construira donc au fur et à mesure des opportunités que vous trouverez. Et lorsque qu’un investissement aura bien performé dans les prochains trimestres ou dans les prochaines années, vous le remplacerez par un autre plus attractif de façon à créer un roulement de votre portefeuille vers des investissements à des niveaux attractifs.

Yukoni peut vous aider à trouver des nouvelles idées d’investissement. Nous proposons des analyses de sociétés selon une approche value. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Pour suivre notre actualité, suivez-nous sur les réseaux sociaux !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter ?

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir une notification par email dès que nous publions un nouvel article.

Merci! Vous êtes maintenant abonné à notre Newsletter.